veggie-burger-ban-europe-vegan-magazine

Le Parlement européen valide l’appellation “burger vegan” mais pas “lait végétal”

Le Parlement Européen a tranché : un steak végétal "peut rester" un steak végétal. La confusion demeure cependant, puisque la logique appliquée par l’instance européenne n’a pas été appliquée au sujet des alternatives végétales aux produits laitiers, qui elles, se voient privées de l’usage de termes comme “alternative au fromage” ou “greek-yogurt style”. 
Texte : Clémence Landeau
Publié le 26 octobre 2020
Partager l'article

Le Parlement Européen a tranché : un steak végétal “peut rester” un steak végétal. La confusion demeure cependant, puisque la logique appliquée par l’instance européenne n’a pas été appliquée au sujet des alternatives végétales aux produits laitiers, qui elles, se voient privées de l’usage de termes comme “alternative au fromage” ou “greek-yogurt style”. 

La Veggie Burger Ban n’aura pas lieu

Le 23 octobre 2020, c’est un chapitre de l’histoire des alternatives végétales à la viande qui se clôture. Après plusieurs mois de plaidoyer, le Parlement de l’Union Européenne décide finalement de ne pas sanctionner ces produits en rejetant la proposition d’interdiction — désormais surnommée “Veggie Burger Ban” — qui visait à empêcher les simili-carnés d’employer des termes tels que “steak végétal” ou “burger-style” sur leur packaging (amendement 165). Selon les défenseurs de cette proposition, ces appellations, employées sur des produits végétariens et/ou vegan, seraient source de confusion pour les consommateurs — un argument employé il y a de cela de nombreux mois déjà, à l’échelle française, par l’éleveur et député Jean-Baptiste Moreau

Une affirmation que réfute en tout point le Bureau Européen des unions de consommateurs (BEUC) : “les consommateurs ne sont en aucun cas troublés par un steak de soja ou une saucisse à base de pois chiche à partir du moment où ces produits sont clairement étiquetés comme végétariens ou vegan”. De tels termes facilitent l’appropriation des produits par les consommateurs, leur permettent de comprendre plus facilement comment les intégrer à leurs repas, insiste la fédération. Une assertion qui, surtout, ne repose sur aucune étude de grande ampleur prouvant qu’une part significative des consommateurs européens se serait déjà trompée en se saisissant d’une alternative végétale en rayon tout en croyant acheter un produit carné. À ce manque de chiffre invalidant d’emblée l’argument principal de cette proposition d’interdiction s’adjoint une réalité, diffusée par la Commission Européenne elle-même fin 2018 (Rapport de la Commission Européenne au Conseil et au Parlement Européen sur le développement des protéines végétales au sein de l’UE, novembre 2018): plus de 90% des alternatives végétales à la viande sont aujourd’hui consommées par des flexitariens. 

Une victoire en demi-teinte pour le marché du végétal 

Avec plus de 273 600 signatures récoltées pour s’opposer au projet d’interdiction, l’ONG ProVeg International accueille positivement cette nouvelle, tout en pointant du doigt l’incohérence de l’UE qui a en revanche décidé d’interdire aux alternatives végétales aux produits laitiers de se référer aux expressions “fromage vegan”, “greek-yogurt style”, (…) sur leurs emballages, et donc, de renforcer le dispositif réglementaire déjà en place depuis 2017. D’après Camille Perrin (BEUC), cette décision, “inutile” et “dommage”,  n’est aucunement liée à une volonté de protéger les consommateurs. Plus grave, même, puisqu’elle va à l’encontre des objectifs de l’Union Européenne qui visent à créer un système alimentaire plus sain et plus durable (cf : le Green Deal Européen, Stratégie “De la Ferme à la table”) en instaurant un flou dans les rayons tout en pénalisant les entrepreneurs et marques qui s’engagent aujourd’hui pour développer des produits laitiers en version 100% végétale puisque ces derniers devront assumer les conséquences financières de cette décision (frais de re-branding, de packaging, de marketing futurs). 

Des réponses divergentes apportée à deux sujets similaires, une réaction inadaptée face aux enjeux écologiques et sanitaires de la société européenne : le Parlement européen ne sèmerait-il pas plus la confusion qu’il ne la dissiperait ?

À découvrir aussi

Lifestyle éthique
Lifestyle éthique
Lifestyle éthique

Pour être au courant des meilleures actualités, événements et bons plans trouvés pour vous.

Le meilleur de Culture V.