...

💌 Newsletter

10 astuces pour ne (presque) plus procrastiner

Charlotte Tortat
Le 25 janvier 2024

Vous arrive-t-il de retarder le moment de vous atteler à une tâche et de la remettre au lendemain ? Un déjeuner entre ami·es reporté pour la énième fois, des courriers administratifs empilés sur votre bureau, un rendez-vous chez votre dentiste que vous tardez à fixer, un dossier dont le bouclage s’éternise, un roman resté sur votre pile « à lire », vous vous dîtes : « Plus tard, quand j’aurai plus de temps… ». Nous vous présentons 10 astuces pour moins procrastiner, passer plus à l’action et mieux profiter de vos journées.

L’habitude de remettre à plus tard touche 85 % d’entre nous

Nous sommes nombreux·ses à reporter au lendemain nos tâches, autrement dit à « procrastiner ». Selon un sondage Odoxa publié en 2019, nous serions 85% à procrastiner de façon chronique. Selon Diane Ballonad Rolland, consultante et formatrice en organisation, autrice de la méthode J’arrête de procrastiner : « Procrastiner signifie différer ce que nous pourrions entreprendre aujourd’hui. (…) Nous avons chacun·e, dans notre vie professionnelle et/ou personnelle, notre lot de tâches que nous repoussons à plus tard. Et cela parce que nous sommes humain·es et que nous ne fonctionnons pas comme des machines qu’il suffirait de programmer pour que nos tâches soient exécutées. »

Quant à lui, le mentaliste Fabien Olicard a procrastiné dès l’enfance et cela l’a souvent mis dans des situations très inconfortables et stressantes. Ce « procrastineur abstinent » a développé une série d’habitudes qui lui permettent de mettre au monde les projets qui lui tiennent à cœur. Il explique ses méthodes dans son livre Votre temps est infini, une mine pour qui veut quitter les rivages confortables de la procrastination. Il ne s’agit pas de devenir un bourreau de l’organisation, mais de mieux tirer profit de son temps tout en respectant son rythme, ses besoins et ses limites. 

La procrastination peut toutes et tous nous concerner à des degrés différents. Dès lors qu’elle vous empêche de réaliser des projets importants pour vous ou qu’elle rend plus complexe votre vie quotidienne, il est alors temps d’agir. Il existe des techniques et méthodes simples à appliquer. Et ça commence… Tout de suite.

1. Observez-vous

Diane Ballonad Rolland propose de commencer par s’observer soi-même, avant même de changer quoi que ce soit. Pendant une semaine, réalisez un relevé d’activité très précis, heure après heure. Vous noterez tout ce que vous faites. À chaque fois que vous repérerez une phase de procrastination, vous noterez dans un carnet : le jour et l’heure du « délit », la tâche concernée, la « fausse bonne excuse » que vous invoquez peut-être, la vraie raison qui vous empêche de vous y mettre, les peurs qui se cachent derrière, le premier petit pas qui pourrait vous rendre la tâche la plus agréable possible.

Le plus : mieux cerner votre rapport au temps et vous doter d’un outil d’analyse pertinent et fidèle à la réalité. C’est en prenant conscience de votre procrastination et de la façon dont elle se manifeste que vous pourrez mettre en place des changements positifs. 

2. « Un vaut mieux que zéro » 

Lorsque vous avez du mal à passer à l’action, répétez-vous cette phrase « Un vaut mieux que zéro » et appliquez-la comme un mantra motivant. C’est l’un des outils proposés par Fabien Olicard. Prendre conscience qu’une micro-action réalisée vaut toujours mieux que zéro vous aidera à sortir de bien des mauvais pas. 

Cela s’adapte à toutes les actions que vous repoussez : il vaut mieux faire 10 minutes d’écriture par jour plutôt que 0, passer 1 coup de fil plutôt que zéro, lire 1 page d’un livre plutôt que 0, effectuer 5 pompes plutôt que zéro, et ainsi de suite… 

Le plus : Cette phrase vous donne l’impulsion et vous aide à persévérer : une fois que vous serez lancé·e, vous aurez l’élan nécessaire pour continuer. 

3. Lâchez votre téléphone

Pendant un temps défini – par exemple de 30 minutes, 2 heures ou même une matinée entière – laissez votre smartphone dans une autre pièce ou en haut d’une étagère, hors de votre portée. Respectez une seule règle : ne plus consulter votre téléphone. 

Une alternative, si vous avez besoin d’être joignable, vous pouvez activer le mode « concentration » de votre smartphone qui coupe l’accès aux applications et notifications mais vous permet de recevoir appels et textos. Il existe aussi des applications pour vous aider à vous détacher de votre téléphone (comme « Forest » ou « Space »). 

Le plus : Vous pourrez vous plonger dans votre tâche – lire un livre, écrire un mail, vous entraîner à la guitare – sans être tenté·e de vous disperser. Vous gagnerez en concentration. 

4. Faites place nette

Il arrive parfois que votre bureau soit en désordre, cela vous donne peut-être le sentiment d’être une personne créative (et vous l’êtes certainement). Toutefois le risque, c’est de se laisser petit à petit envahir par le « trop » d’idées, de « to do list », de dossiers entamés, de post-it, de papiers à trier… Pour passer à l’action plus facilement, avant toute tâche importante qui demande énergie et concentration, prenez 10 minutes pour clarifier votre bureau : enlevez ce qui est en trop, classez ou jetez, nettoyez sommairement. Puis replacez votre déco, vos crayons et stylos indispensables sur ce bureau désormais net et propre. 

Le plus : Vous pouvez passer à l’action, l’esprit éclairci. 

5. Entourez-vous de partenaires anti-procrastination

Pour ne plus remettre vos aspirations et objectifs aux calendes grecques, parlez-en autour de vous. Le fait de dire ce que vous allez accomplir à d’autres personnes vous engage beaucoup plus que si vous vous contentiez de le noter dans votre liste « projets à accomplir avant mes 80 ans ». Dans l’idéal, partagez vos rêves avec des personnes bienveillantes qui, elles aussi, désirent agir davantage. Elles sauront vous encourager et vous remémorer vos objectifs lorsque vous procrastinerez. Et vous leur rendrez la pareille le moment venu. 

Le plus : la logique de l’entraide constitue un puissant moteur pour agir. Le regard de l’autre nous pousse à faire mieux. 

6. En cas de surcharge, recourez à la méthode « pomodoro »

La méthode pomodoro (du nom du minuteur de cuisine en forme de tomate, « pomodoro » en italien) s’avère très utile lorsque la charge de travail à accomplir vous paralyse. Il s’agit d’organiser le temps en 4 sessions de travail de 25 minutes (soit un minuteur pomodoro). À chaque sonnerie, vous vous octroyez 5 minutes de pause. Au bout de 4 sessions pomodoro (4 x 25 minutes), vous prenez une pause de 15 minutes. L’occasion de sortir marcher, répondre à vos messages, vous détendre… Puis vous reprenez un nouveau cycle. 

Le plus : Cette méthode permet de garder une certaine sérénité lorsqu’une échéance se rapproche et qu’il vous reste une masse significative de travail à accomplir. 

7. Visualisez la tâche

Avant de vous lancez dans une tâche trop souvent repoussée, prenez un temps pour respirer et fermer les yeux. Après avoir fait 3 profondes respirations, visualisez la tâche telle que vous voudriez la réaliser. Imaginez que cela se déroule avec fluidité, concentration et satisfaction de l’avoir accomplie. Inspirez et expirez à nouveau 3 fois. Rouvrez les yeux et lancez-vous. La tâche vous semblera un peu plus légère. 

Le plus : comme les athlètes avant une compétition, le fait de visualiser vous conditionne pour vous sentir mieux et plus focalisé·e lorsque vous passez à l’action. 

8. Adoptez la méthode des petits pas 

Vous voulez avancer sur un projet mais son ampleur vous terrasse ? La méthode des petits pas, aussi nommée « kaizen », saura probablement vous rassurer : elle consiste dans le fait de diviser votre projet en une série de petites tâches raisonnables. 

Le plus : cette méthode douce et progressive marche particulièrement bien pour mettre en place des changements durables. « À pas de fourmis », vous pourrez vous mettre au sport, dormir mieux, changer votre alimentation, adopter un mode de vie sain et durable.

9. 5 secondes pour vous jeter à l’eau 

Ou la méthode du 5, 4, 3, 2, 1 : très simple, décomptez 5 secondes dans votre tête ou à voix haute. Puis plongez dans l’action : sortir de votre lit, faire la vaisselle, rempoter une plante, ranger tout votre linge… Cette méthode, développée par l’américaine Mel Robbins, marche aussi pour les prises de décision. Trancher en 5 secondes peut être radicalement efficace. 

Le plus : Ce décompte ludique permet de se jeter à l’eau sans plus de questions. Parfait pour des tâches simples et sans enjeu ou pour stopper l’indécision chronique. 

10. Préférez l’épicurisme à l’hédonisme… 

Lorsque vous procrastinez, il s’agit (le plus souvent) d’éviter une tâche pénible en faisant quelque chose d’autre qui vous apporte un plaisir immédiat. Pour y remédier, adoptez la philosophie d’Épicure qui considère le plaisir comme bon en soi, toutefois, il ne doit pas être poursuivi s’il doit conduire à une souffrance plus grande. C’est une question de dosage : le plaisir peut être un but de l’existence mais en acceptant, en parallèle, la réalité et ses contraintes. 

Le plus : adopter ce point de vue nous invite à examiner les conséquences de nos choix. Si je choisis de scroller sur les réseaux sociaux (plaisir immédiat) au lieu de postuler pour ce job qui me correspond pleinement, je perds une belle opportunité (souffrance plus grande). 

Inscrivez-vous à la newsletter, c'est gratuit, facile et rapide.

En vous inscrivant à notre newsletter, vous accédez à des contenus exclusifs et au meilleur de Culture V.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous aimerez aussi

Le meilleur
de Culture V
Recevez nos dernières pépites !
Food végétale, astuces green et recommandations bien-être…
Seraphinite AcceleratorOptimized by Seraphinite Accelerator
Turns on site high speed to be attractive for people and search engines.